Nous devons arrêter de manger les animaux, et vite
   
N
E
W
S


samedi 29 septembre de 11h à 14h : Pour la rentrée, je vous propose un atelier de crusine spécial Brunch, avec de nombreuses recettes faites pour satisfaire les plus curieux et les plus gourmands. Et le tout bien sûr à base uniquement d'ingrédients végétaux, biologiques et crus !

samedi 20 octobre de 16h à 18h : Une occasion de découvrir l'alimentation pour tous les gourmands, avec un atelier de crusine ''spécial Goûter et Petit Déjeuner''. Des recettes simples, saines, nourrissantes (ne mangez pas trop avant de venir !) et pleines de vitamines, pour des petits déjeuners pleins d'énergie et des en-cas fortifiants et savoureux : comment se régaler simplement en prenant soin de sa santé !

vendredi 26 octobre de 20h à 22h : J'ai le plaisir de vous proposer une conférence sur les Lettres du Christ, à l'association Être Soi. Une bonne occasion pour découvrir ce livre formidable et la voie de développement qu'il propose. La conférence sera suivie d'un partage autour de nos expériences de cheminements spirituels en regard de cet enseignement unique.

J'ai le plaisir d'animer un groupe de méditation et de travail sur les Lettres du Christ, le dimanche matin chez moi de 10h30 à 12h (c'est gratuit). Le but est de mettre en pratique au quotidien cet enseignement formidable, par le partage de nos expériences, la méditation et la prière. Envoyez-moi un email si vous souhaitez participer et recevoir les annonces des rencontres du groupe.

Marc Resch
magnétiseur
coupeur de feu


English version

Cowspiracy, le secret de la durabilité
Kip Andersen et Keegan Kuhn, 2014

Synopsis : nous devons arrêter de manger les animaux, et vite.

PRODUCTION DE VIANDE : Impacts sur l'environnement

L'élevage émet plus de gaz à effet de serre que tous les moyens de transport confondus. World Watch Report 2009 : "L'impact sur l'environnement du cycle de vie et de la chaîne d'alimentation des animaux d'élevage a été énormément sous-estimé". L'élevage est responsable en fait de 51% des émissions gaz à effet de serre (électricité 15%, transports 13%, industrie 12%, commerce 5%, ménages 5%), surtout dûes au méthane qui est 25 à 100 fois plus destructeur que le CO2 des voitures.

Chaque jour, 570 milliards de litres de méthane sont émis par l'élevage, qui produit 130 fois plus d'excréments que l'humanité entière, et quasiment sans aucun système de traitement de ces déchets. Ainsi 52 700 kilos d'excréments sont produits chaque seconde aux USA par les animaux d'élevage, soit assez chaque année pour recouvrir d'excréments San Francisco, New York, Tokyo, Paris, New Delhi, Berlin, Hong Kong, Londres, Rio de Janeiro, le Delaware, Bali, le Costa Rica et le Danemark. Il existe plus de 500 "zones mortes" dans le monde, inondées de nitrates, sur terre et dans les océans.

L'agro-élevage est responsable de la destruction de 91% de la forêt amazonienne. L'huile de palme a provoqué la destruction de 105 200 km² de forêt primaire, et l'élevage est responsable de la destruction de 550 370 km² au total. C'est la cause principale d'extinction des espèces, des "zones mortes" océaniques, et de destruction de l'écosystème. La forêt équatoriale est abattue à un rythme d'un stade de foot (4 000m²) par seconde, pour cultiver du soja OGM afin d'engraisser les animaux. A cause de cette destruction, près de cent espèces de plantes, animaux et insectes disparaîssent chaque jour. La forêt amazonienne pourrait avoir totalement disparu d'ici 10 ans.

L'ONU a rapporté que 3/4 des zones de pêche dans le monde sont surexploitées, complètement exploitées ou sévèrement dépeuplées à cause de la surpêche. Les océans sont dépeuplés à 75%, on ne vit pas "sur les intérêts sans toucher au capital", au contraire nous sommes extrêmement endettés. Non seulement nous éradiquons plusieurs espèces de poissons, mais en plus nous détruisons leur environnement. Les scientifiques prévoient que si l'on ne fait rien, on aura des océans sans plus aucun poissons d'ici 2048.

PRODUCTION DE VIANDE : Consommation de ressources

Les animaux d'élevage consomment 1/3 de l'eau douce, occupent 45% de la surface de la Terre, et consomment environ 50% de la production mondiale de céréales et de légumineuses. Aux USA, la nourriture pour les animaux d'élevage est composée de 70 à 90% de soja OGM.

L'élevage constitue 55% de la consommation d'eau aux USA, et les ménages 5%. La fracture hydraulique permettant d'extraire du gaz et du pétrole utilise 380 milliards de litres par an. L'élevage, lui, consomme 128 700 milliards de litres. Et les émissions de méthane de ces deux industries sont presque égales.

Il faut 18 000 litres d'eau pour produire 1kg de boeuf, ainsi un hamburger de 100g demande 2 500 litres d'eau pour sa production, soit la consommation d'eau pour la douche d'une personne pendant 2 mois.



De même, 1 litre de lait nécessite 1 000 litres d'eau pour sa production. Une vache laitière consomme 65 à 70 kilos de nourriture par jour, et entre 120 à 150 litres d'eau.


Pour satisfaire la demande de 90 millions de tonnes de poissons, les bateaux utilisent des filets géants qui capturent tout ce qui se trouve dans la mer. Pour chaque kilo de poisson pêché, il y a jusqu'à 5 kilos de poissons non ciblés qui sont tués, comme les dauphins, les baleines, les tortues et les requins : ce sont des "dommages latéraux". Entre 40 et 50 millions de requins sont tués chaque année par les filets en "dommage latéraux". Ensuite les ailerons sont prélevés ou non, mais ce sont d'abord les filets de pêche qui les tuent. Pour protéger vraiment les requins, il ne suffit pas seulement de ne plus manger de soupe à l'aileron de requin, il faut simplement arrêter la pêche.

UN MODELE DURABLE DE PRODUCTION DE VIANDE ?

Un modèle soutenable de production serait peut-être l'élevage naturel en plein champ comme jadis, en laissant les bêtes paître dans des pâturages naturels. Avec 18,2 km² de pâturage, un élevage naturel produit 36 tonnes de viande. En considérant que chaque américain consomme en moyenne 95 kilos par an, cela permet de nourrir 382 personnes, ce qui fait 47 600 m² par personne. Il y a 314 millions d'américains : il faudrait donc 15 millions de km² pour produire de façon naturelle toute la viande nécessaire, et les USA ne font que 7,7 millions de km². Actuellement, presque la moitié des USA sont dédiés à l'agriculture pour l'élevage. Si on voulait nourrir tous les boeufs à l'herbe, il faudrait utiliser toute la surface des USA, le Mexique, la moitié du Canada et une bonne partie de l'Amérique du Sud, tout ça entièrement converti en pâturages, juste pour satisfaire la consommation de viande des américains.

Cela prend 23 mois à un animal nourri à l'herbe d'atteindre la taille où il sera abattu. Quand il est nourri au grain, cela prend seulement 15 mois. Cela fait 8 mois de plus de consommation d'eau, d'utilisation de terrain et de nourriture, et de production d'excréments. En terme d'empreinte carbone, ça fait une grosse différence. Il apparaît donc que le boeuf nourri à l'herbe est encore moins soutenable que le boeuf d'élevage.

Les chinois souhaitent manger autant de viande que les américains, mais la surface de la Terre ne suffirait pas à produire toute la nourriture nécessaire pour nourrir autant d'animaux. Un américain consomme en moyenne 260g de viande par jour, et une consommation durable de viande, lait et oeuf serait au total de l'ordre de 50 grammes par semaine. Ça correspond à ce que l'on pourrait produire soi-même dans son jardin. La production individuelle dans le jardin pourrait-elle être une solution durable ? L'élevage de canard demande 50 kilos de nourriture pour 700g de viande produite : cela fait un rapport de 1 à 100, ce n'est vraiment pas soutenable.

La conclusion est simple : il n'est pas possible de produire de façon soutenable assez de viande pour la demande mondiale. Et il en va de même pour le poisson.

ET LA SURPOPULATION ?

Chaque jour, 216 000 bébés naissent sur Terre, et il faut chaque jour 138 km² de plus de terrain cultivable. Nous sommes 7 milliards d'humains, et nous élevons 70 milliards d'animaux terrestres. L'humanité consomme 20 milliards de litres d'eau et 9,5 millions de tonnes de nourriture chaque jour. A elles seules, les 1,5 milliards de vaches consomment chaque jour 170 milliards de litres et 61 millions de tonnes de nourriture : de quoi nourrir 45 milliards et abreuver 60 milliards d’humains supplémentaires. La question n'est donc pas tellement la surpopulation, c'est surtout le fait de manger des animaux qui pose problème.

Nous produisons assez de nourriture pour nourrir 12 à 15 milliards d'habitants. Nous ne sommes que 7 milliards, dont 1 milliard meurt de faim. Et 82% des enfants mourant de faim vivent dans des pays où la nourriture est donnée aux animaux, qui sont mangés par les riches et les habitants des pays riches.

QUE FONT LES ORGANISMES PUBLICS ET LES ONG ?

Pourtant, les organismes publics et les ONG qui sont sensés s'occuper de l'environnement et sauver le monde n'en parlent nulle part : Pacific Institute, Département des Ressources en Eau, Greenpeace, Surfrider Foundation, Oceana, Amazon Watch, Rainforest Action Network, The Climate Reality Project, le Sierra Club, le Natural Resources Defense Council... Ils dénoncent les sacs plastiques, les déchets, l'exploitation du bois, l'huile de palme, les centrales à charbon, les pipelines de gaz et de pétrole, les schistes bitumeux, les exploitations minières, les barrages, ... Tous ces problèmes sont bien sûr importants, mais ils sont relativement mineurs en regard de la question de l'élevage. Les ONG comme Greenpeace ne parlent pas de l'élevage pour continuer à recevoir des financements... Au Brésil, beaucoup de ceux qui ont dénoncé l'agro-business comme cause de la déforestation se sont fait tuer. Plus de 1 100 activistes ont ainsi été tués au Brésil ces 20 dernières années. C'est pour cela que la plupart des gens ne disent rien.

Toute discussion sérieuse sur la préservation des océans devrait parler du problème de l'élevage, mais la Surfrider Foundation ne parle que des sacs plastiques et des ordures, et ne dit rien sur l'élevage.

CHANGER D'ALIMENTATION : Qu'est-ce que ça change ?

Nourrir un végétalien nécessite 2 400 m² par an. Un végétarien consommant du lait et des oeufs demande 3 fois plus de terrain. Pour nourrir un américain moyen ayant un régime riche en viande, lait et oeufs il faut 18 fois plus de terrain. Comparé au régime omnivore, le régime végétalien produit 2 fois moins de CO2, consomme 1 onzième de carburants fossiles, 1 treizième d'eau et 1 dix-huitième de surface agricole.

Un californien consomme en moyenne 5 700 litres d'eau par jour. La moitié est dûe à la consommation de viande et de laitages. Aucune mesure d'économie de l'eau ne prend en compte l'élevage et la consommation de viande et de laitages, qui engloutissent pourtant les plus grandes quantités d'eau. Fermer le robinet quand on se brosse les dents, se déplacer à vélo au maximum, trier ses déchets, choisir de l'électricité provenant de sources renouvelables : tout cela n'a qu'un effet extrêmement marginal en regard de la consommation de viande. Et ça ne changera pas, à cause de la façon dont est fait le gouvernement, et à cause du fait qu'il faudrait changer le comportement des gens.

Si on applique toutes les mesures recommandées par saveourwater.com pour économiser l'eau domestique, on économise au total 178 litres par jour. En étant végétalien, on économise chaque jour : 4 200 litres d'eau, 20kg de céréales, 3 m² de forêt équatoriale, l'équivalent de 9kg de CO2, et la vie d'un animal.

Sur tous types de terrains, on peut produire en moyenne 15 fois plus de protéines végétales que de protéines animales. Sur 6 000m², on peut produire 16 800kg de végétaux mais seulement 170kg de viande.

Si toute l'humanité devenait végétalienne, si nous ne tuions plus toutes ces vaches et tous ces animaux pour les manger, nous n'aurions pas à produire toute cette nourriture pour les nourrir, nous n'aurions pas à déboiser les forêts primaires pour cultiver toutes ces terres. La forêt et la vie sauvage pourraient revenir, les océans pourraient se rétablir et les poissons prospérer, les rivières seraient à nouveau propres, l'air serait à nouveau pur et nous retrouverions la santé.

Remplacer complètement la production d'énergie par des sources renouvelables prendrait 20 ans et coûterait au minimum 18 000 milliards de dollars. Arrêter de manger les animaux pourrait être fait aujourd'hui, ça ne prendrait pas 20 ans, et ça ne coûterait pas 18 000 milliards de dollars : ça serait gratuit.

L'HOMME A VOLÉ LA TERRE AUX ANIMAUX LIBRES

Il y a 10 000 ans, les animaux sauvages formaient 99% de la biomasse, et les humains en formaient seulement 1%. Aujourd'hui, les humains et les animaux d'élevage, que nous possédons comme des choses, formons 98% de la biomasse, et les animaux sauvages n'en forment plus que 2%.

Non avons volé toute la Terre aux animaux libres, pour nous-mêmes et pour nos vaches, cochons, poulets, et poissons d'élevage, et les océans ont été encore plus dévastés. Les besoins croissants en surface pour l'élevage provoquent le parcage des chevaux sauvages, l'abattage des loups, des lynx, des coyotes et des autres prédateurs.

L'ONU et d'autres agences ont déclaré que non seulement l'élevage joue un rôle important dans le réchauffement climatique, mais qu'en plus c'est la première cause de consommation de ressources et de destruction de l'environnement, qui détruisent la planète chaque jour. Les experts sont d'accord pour dire que la première cause de disparition des espèces est l'agriculture intensive, l'élevage et la surpêche. Nous sommes au milieu de la plus grande extinction de masse depuis 65 millions d'année.

D'après Allan Savory, presque 1/3 de la surface de la planète est en train de se transformer en désert, et une large part est dûe à l'élevage. Mais pour corriger le problème, il conseille de manger plus d'animaux élevés de façon "durable", tout comme Oceana conseille de manger plus de poissons "durables" pour protéger les poissons… Et donc le meilleur moyen de protéger les pandas, c'est de manger des pandas ?

LA VIANDE COÛTE PLUS CHER ET TOUT LE MONDE PAYE

Les coûts externalisés de production de la viande ne sont pas pris en compte par les producteurs. Ils sont imposés à la société : impacts sur la santé, dégâts environnementaux, subventions d'Etat, dévastation des zones de pêche, et cruauté incroyable envers les animaux. Le coût total est estimé à 414 milliards de dollars. Si on obligeait l'industrie de la viande et du lait à internaliser ces coûts, à payer pour les dégâts réels causés par son activité, le prix de vente de la viande et du lait exploserait : une boîte d'oeuf à 5€ coûterait 13€, un big mac à 4€ coûterait 11€. Qu'on soit végétalien, végétarien, ou qu'on mange de la viande, on paye tous ces coûts pour la consommation de viande de quelqu'un d'autre. A chaque fois que quelqu'un achète un big mac à 4€, la société entière paye 7€.

ARRÊTONS LE MASSACRE

Arrêter de manger les animaux et leurs produits : aucun autre changement de comportement n'a de plus grand impact positif sur la planète, et sur toutes vies de cette planète.

75% des américains se considèrent écologistes. Pour résoudre le problème de l'environnement en un clin d'oeil, il suffit que ces "écologistes" vivent selon ce qu'ils professent, et le cours du monde changera.

Jusqu'à ce que nous arrêtions l'agriculture pour l'élevage, nous ne réussirons pas à sauver l'écosystème, et à avoir suffisamment de nourriture pour tout le monde sur la planète. Nous n'arrêterons pas le réchauffement climatique, nous n'arrêterons pas la pollution et l'expansion des "zones mortes", et nous n'arrêterons pas le massacre des requins, des loups et des autres prédateurs.

La seule façon de vivre de façon soutenable à 7 milliards est d'avoir un régime végétalien. Au lieu de manger les autres, mangeons pour les autres.


Nous pouvons changer le monde. Nous DEVONS changer le monde.





www.cowspiracy.com


Télécharger cet article en PDF.





Marc Resch - 121 rue d'Athènes 34000 Montpellier - 06.10.88.29.06 - Contact